Raconte-moi le Larzac !

larzac articleLa semaine dernière, un journaliste est passé à la maison des jeunes. Il voulait écrire un article sur le camp marche au Larzac. Il voulait connaître le ressenti des jeunes participants.

Voici les moments forts de l’interview :

Gallerie photos

Jo la mèche : Le Larzac ? C’est vraiment la zone ! C’est pourri ! Pfff ! C’est quoi cette région avec des montagnes partout ? Monter et descendre en plein soleil, avec un sac sur le dos ! Et en plus on crève de soif toute la journée. D’ailleurs c’est ma nona qui m’a obligé, moi je voulais pas venir.

Mauricette : Moi il fallait que j’y aille. Déjà l’année passée j’étais partante mais mon père ne voulait pas. Il disait que j’y arriverais pas, que ça serait trop difficile pour moi. Le plus dur ça a été le Roc Nantais, la première étape. Pfff! Jamais gravis un truc aussi haut. Après 200 mètres je voulais redescendre au camping pour me cacher dans les sanitaires et attendre la fin du camp. Y avait un vieux avec nous qui me disait tout le temps qu’on y était presque. À chaque tournant j’y croyais mais ça grimpait de plus belle. Haaaa ! J’étais au bout de ma vie. Et puis ! La récompense… Au sommet, une vue a couper le souffle m’attendait ! Magnifique ! Le village était là, à mes pieds. On distinguait à peine le camping. J’avais réussi à grimper tout ça ! Mon père fera moins le malin.

Twin : Moi ça fait la troisième fois que je le fais ! Difficile ? Bof ! Non pas trop. J’aime bien parce qu’il y a plein d’animaux ici. Des lézards et des vautours. Mes préférés ce sont les chiens de berger, les border collie. Ils jouent tout le temps et sont infatigables. C’est cool je revois des gens que j’ai rencontré les années précédentes. Je vous ai dis que j’avais arrêté de fumer ?

Georgette : Trop dur ! Heureusement mon copain me donnait un coup de main de temps en temps. Il a même porté mon sac une fois. C’est beau l’amour hein ? Il y avait des jours où j’avais plus facile que d’autre parce que ça grimpait moins et qu’il faisait moins chaud. Le top c’est de nager dans le Tarn ou la Jonte. Trop bonne l’eau ! Et puis c’est cool le Larzac, j’ai maigri et j’ai récupéré ma taille de guêpe. Un kilo chaque jour ! Si si je vous assure. Ça se voit quand même, non ? Ben oui vous m’avez pas vu avant, c’est normal. Allez je vous pardonne.

Jo la mèche : Le pire de tout vous savez c’est quoi ? Y a même pas le wifi partout. Vous vous rendez compte ? La honte. Si je vous disais qu’une fois j’ai passé toute la soirée dans les toilettes parce que là j’avais enfin du réseau. Une barre ! Le luxe ! À Petit-Hornu dans ma cave j’ai 5 barres. Oui ben au moins vous avez une idée de la zone.

Jocelyne Mouky : Moi aussi ça fait la deuxième fois. En fait je sais pas pourquoi j’ai dis oui cette fois ci. Je savais que ça serait difficile mais bon, on s’amuse quand même bien ensemble. Je me souviens d’un endroit qui s’appelle Capluc. Un ancien fort… On y accède par des échelles de fer accrochées dans les parois rocheuses. J’ai pas réussi a aller jusqu’en haut. Brrr ! J’ai eu trop peur de tomber. Vous savez qu’il n’y a pas de magasin ici ? Écrivez le dans votre journal. Si, je vous assure. Bah il y a bien quelques petites épiceries ci et là mais un vrai magasin j’en ai pas vu. Pfff ! Moi qui voulais m’acheter mon Iphone. Et vous ? Vous pensez quoi de l’Iphone 6 parce que le 5 mon cousin l’a acheté et bla bla bla, bla bla bli…

Jo la mèche : Si j’y retournerai un jour ? Avant je vérifierai la présence du wifi. Et pas que dans les WC s’il vous plait, il faut qu’il soit accessible partout sur le plateau du Larzac, n’en déplaise à José. Là oui faudrait voir…

Philippe