Les marionnettistes

Tout ne tient  pas qu’à un fil !

Stage de CarnavalLa représentation commence dans dix minutes !
Tous sont là derrière le castelet, tendus et stressés, tenant leurs marionnettes d’une main, l’autre main prête à tirer sur les fils qui donneront de la vie aux personnages.
Le public a répondu présent aussi: des parents, des amis, des potes,…

Les lumières s’éteignent ! Que le spectacle commence !

Créer un spectacle de marionnettes avec les plus grands de la maison des jeunes ?

Ça faisait un petit temps que l’idée mijotait dans nos têtes d’animateurs. Nous en avions déjà parlé à ceux que ça aurait pu intéresser, entre autre aux habitués des animations des vacances scolaires, puis à ceux de l’accueil aussi.

Pas de oui franc mais pas vraiment de refus non plus. Au mieux des pseudos réponses entre deux eaux: ni oui ni non, bof ouais peut-être, faut voir quoi, je sais pas ce que je fais ce jour là ! Au final t’es pas plus avancé et tu ne sais toujours pas si ta proposition intéresse quelqu’un.

Bon rassurez-vous quand même, il y a des réponses immédiates, claires et précises !

Quoi ? Des marionnettes ? Mais c’est pour les gamins les marionnettes ! Pfff ! Ainsi font font font… Hé hé ! Sacrés animateurs va ! Comment ? Il faut les construire ? En vrai bois d’arbre ? Trop facile, je suis en menuiserie à l’école… Cinq minutes, deux coups de scies et elle est faite. Allez quoi ! J’ai 15 ans je suis plus un môme !

Le souci c’est qu’à force de laisser mijoter une idée, elle fini par s’évaporer dans les méandres du cerveau. Hop ! Disparue. Bah ! Tant pis on refera la recette plus tard. Et puis encore plus tard, et puis…

Non ! Il fallait que cette semaine de Carnaval soit consacrée à la marionnette. On était résolument convaincu que l’idée était bonne et méritait bien qu’on s’y attarde un peu.

Neuf ! Ils étaient neuf filles et garçons à avoir répondu à l’appel ! On n’en demandait pas tant ! Tchantchès et Nanesse non plus !

Nous prenons un temps pour expliquer le projet de la semaine aux jeunes présents avec tout de suite, un ultimatum qui serait comme notre étoile du sud à suivre. Vendredi quinze heures, dernier jour de plaine, un spectacle de marionnettes à tringle, construites entièrement par vous, sera présenté aux parents et aux gens du quartier.

Gloups ! Un silence ! Puis les questions, une foule de questions. Une petite semaine pour penser les personnages, construire les marionnettes, écrire une histoire, la mettre en scène, et la jouer devant un public ?

Nous avions programmé la visite du musée de la marionnette à Tournai, un endroit magique où des personnages du monde entier sont représentés, souvent dans des salles dédiées aux pays d’origine. À gaine, à fil, à tringle, ombre chinoise,… tous les styles se mélangent pour le plaisir des yeux.

Nous avions aussi prévu quelque heures d’écriture collective, sur des thèmes choisis au préalable par les futurs marionnettistes.

Pour le reste des journées, rien n’a été prévu d’avance et rien n’a été imposé, si ce n’est le thème et la technique de la marionnette à tringle. Il fallait construire ces pantins, voire les habiller pour certaines, suffisamment rapidement pour que nous puissions avoir un minimum de temps pour s’entraîner à les manipuler.

Vous auriez dû voir la grande salle, en complète effervescence pendant toute la semaine, avec le bruit des machines à bois, des scies, des marteaux,… Ça courrait partout dans la salle, l’un à la recherche d’un clou ou d’une vis, l’autre à la recherche du bout d’écharpe qui servira de barbe à l’un des personnages.

Même s’il a fallu remotiver les troupes à un certain moment, jamais ils n’ont lâché, se donnant à fond dans ce projet qui était devenu le leur. Il régnait dans le groupe un esprit de collaboration et les plus doués aidaient les plus gauches. Celui qui savait dessiner n’était pas avare de ses coups de crayon pour les autres, et les filles n’étaient pas en reste lorsqu’il fallait donner des idées de décoration.

Ça faisait réellement plaisir à voir ! Voir Venise et mourir ! Hé hé oui bon j’en fais un peu trop je sais !

Le spectacle commence enfin !

Deux petites scènes de sept minutes chacune s’enchaînent, l’une sur le thème du mariage pour tous, l’autre sur les conditions d’accueil des réfugiés. Des sujets d’actualité qui ont permis d’avoir des échanges lors de la phase d’écriture. Elles n’ont pas manqué d’interpeller le public présent.

Le spectacle se termine et des applaudissements se font entendre. Ouf, le stress tombe et les lumières se rallument. Les personnages et les marionnettistes sont devant la scène face au public, fier de leur prestation.

Des questions ? Nous pouvons répondre. Pas de question ! Une fois, deux fois, rideau !